THE HOLOLIGHTKEEPER 

Lighthouse

“Even in normal weather, imagine what is our existence in the wet turns where we live with out distraction, without pleasure.

Work is our only entertainment, if one can say! It is divided into two quarters: the first, 4 hours of the evening to midnight, the second, of midnight at 7 o'clock in the morning. In the course of the day, we must make the cleanliness of coppers and lantern…And in certain headlights the guards work up to fourteen hours per day…”
Extract interview “the Small Marseillais” - March 1913

--

The « hololightkeeper » is a concept of lighthouse using the holographic technology, true allegory of the traditional lighthouse, this innovative solution creates a bridge between the classical maritime lighthouse and the new technologies regarding projection of hologram in 3D.

The starting point of the project was to note that there still remains around the world more or less 1500 lighthouses in activity and that consequently the lighthouse and the job by lighthouse keeper as we know them are declining.

The Studio NAB thus thought about a solution to try to stem the phenomenon, to revive this ancestral trade and to modernize the famous concrete monolith such as it is anchored in the imaginary collective, while preserving its aesthetic codes by means of holographic image in 3D.

« Même en temps normal, imaginez ce qu'est notre existence dans les tours humides où nous vivons sans distraction, sans plaisir. Le travail est notre seul divertissement, si l'on peut dire ! Il est divisé en deux quarts : le premier, de 4 heures du soir à minuit, le second, de minuit à 7 heures du matin. Dans la journée, nous devons faire la propreté des cuivres et de la lanterne... Et dans certains phares les gardiens travaillent jusqu’à quatorze heures par jour... »

Extrait interview “Le Petit Marseillais” - mars 1913​

--

« The Hololightkeeper » est un concept de phare faisant appel à la technologie holographique, véritable allégorie du phare traditionnel, cette solution innovante crée une passerelle entre le classique phare maritime et les nouvelles technologies en matière de projection d'hologramme en 3D.

Le point de départ du projet a été de constater qu'il subsiste à travers le monde à peu près 1500 phares encore en activité et que, par conséquent le phare et le métier de gardien de phare tels que nous les connaissons sont en train de péricliter.

Le studio NAB a donc réfléchi à une solution pour tenter d'endiguer le phénomène, pour faire revivre ce métier ancestral et ainsi moderniser le fameux monolithe en béton tel qu'il est ancré dans l'imaginaire collectif, tout en préservant ses codes esthétiques à l'aide de la projection holographique en 3D.